The community of engaged photographers

Register and get ready!

The endless winter in the Aral sea.

Didier Bizet

 1346  Like

L’hiver, au bord de la mer d’Aral, la température avoisine les -20°. Les yourtes des anciens nomades des steppes Kazakh, ont été remplacées par des maisons en briques dont les sols surchauffés au feu de bois sont encore recouverts de tapis. Située à 90?km ou 11?heures de piste enneigée de la ville d’Aral (Aralsk en Russe), la petite population de Tastubek s’organise pour sa survie hivernale. L’eau courante fait défaut et, quand le camion-citerne arrive à se frayer un chemin à travers les congères balayées par le vent glacial, on est heureux à Tastubek. Si cette mer de glace est de toute beauté pour les rares touristes se risquant à venir en hiver, la mer d’Aral est pour les Kazakhs une ressource alimentaire de première importance. Depuis la construction du barrage de Kokaral en 1995, l’eau abondante de poissons est de retour dans la petite mer d’Aral. La pêche en hiver est particulièrement difficile, les filets sont parfois entreposés à plusieurs km du rivage et la banquise peut-être fragile en voiture ou à moto à la fin de la saison. Deux personnes ont trouvé la mort ces deux dernières années?; l’inconscience de la conduite à vitesse élevée et alcoolisée sur la steppe enneigée n’est nullement contrôlée. La saison est longue et ennuyeuse, le froid ralentit la vie. Vêtus de survêtements ou de combinaisons «?brandés?», récupérées sur des chantiers, les Kazakhs de la mer d’Aral ne reculent devant aucuns sacrifices. Pour certains, l’hiver semble être leur saison préférée, l’été est trop chaud et au printemps, les pistes boueuses deviennent impraticables. L’avenir est une inconnue au village, après l’électricité, la télévision par satellite est présente dans tous les salons, on y regarde les meilleurs shows à paillettes d’Astana. Une fois arrivés sur Aral, les plus jeunes s’empressent de se connecter à Facebook et Instagram. Quand vous leur demandez si l’eau courante n’est pas plus importante qu’un compte sur un réseau social, ils vous répondent que le progrès c’est d’abord internet. L’hiver en mer d’Aral est long car le silence qui y règne pèse également sur le mental?; derrière les belles neiges et la limpidité de la blanche banquise, les pêcheurs, et les éleveurs de Tastubek subsistent.
© Didier Bizet April?2017.


Join our community

Register now, it's free!